Un petit mot...

  Ils sont nombreux ces gens de rien.

  Au premier jour de ce mois de novembre, au milieu de la grisaille et des brumes automnales, nous célébrons la Toussaint, notre fête à tous, la fête des saints d’hier et d’aujourd’hui qui nous prépare à entrer dans la logique de Dieu. Cette fête nous invite à élargir notre regard de l’autre pour découvrir autour de nous des hommes et des femmes porteurs de bonheur, de raison d’espérer. Ils sont semeurs de  douceur et répandent la paix autour d’eux. Ils sont semeurs d’amour, de vie et de paix. Regardez-les et vous verrez en eux, un air de famille avec Dieu.  

Celles et ceux qui nous ont précédés sur le chemin de la sainteté sont heureux auprès de Dieu. Le livre de l’Apocalypse nous décrit « une  foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes les nations, tribus, peuples et langues »  (Ap. 7, 9)

Non plus le peuple de douze tribus, avec sa terre, sa langue, ses frontières et ses ambitions nationales, mais le peuple de ceux que Dieu va chercher à travers toutes les nations. Et qui sont-ils, ces élus qui doivent se considérer saints ?

Même s’il y a beaucoup de saints canonisés, célèbres, des modèles que l’Eglise nous propose, tous ensemble  sont loin de former cette foule immense que nul ne peut dénombrer, il existe aussi des saints inconnus.  Ils sont bien plus nombreux qu’on imagine celles et ceux qui ont un cœur de pauvre, un cœur doux,  des assoiffés de justice, des artisans de paix et des cœurs purs. Ils sont bien plus nombreux qu’on ne pense ceux qui, dans leur vie au quotidien, donnent de la saveur à la création et font advenir un monde nouveau.

 

Ceux qui n’ont jamais fait parler d’eux, écrit Robert LEBEL, « … sont nombreux, ces gens de rien, ces bienheureux du quotidien, qui n’entreront pas dans l’histoire. Ceux qui ont travaillé sans gloire, et qui se sont usés les mains à pétrir, à gagner le pain… Ils ont leurs noms sur tant de pierres, et quelquefois dans nos prières… Mais ils sont dans le cœur de Dieu ! » (Robert Lebel, ‘Les funérailles à l’église, éd. Fidélité, 2005, p. 24) Ce qui veut dire, le salut de l’humanité sera un succès incroyable en dépit des apparences qui souvent nous découragent.

 

Tous ensemble, soyons porteurs d’amour et de bonheur contagieux. 

 

 

Rentrée pastorale du diocèse

https://fb.watch/fU596QsGTP/

Le chapelet à Barvaux, tous les mercredis à 9 h 00

 

Tous les mercredis à l'église de Heyd, à 9H, le "petit chapelet spontané" est prié.

 

Bienvenue à tous !

Voir l'onglet Horaire des eucharisties